Catégorie dans Culture

George Lilanga ou le « Picasso de l’Afrique »

Un artiste tanzanien à l’envergure internationale

George Lilanga est un artiste tanzanien, né en 1934 et décédé en 2005. Son œuvre se décline sous différentes formes et ce, à travers le temps. Par la sculpture, comme par la peinture et le dessin, il met en scène de petites figurines légendaires dans un univers aux couleurs vives et aux danses transcendantales. S’inspirant de la mythologie Makondé, l’artiste nous emmène dans ses univers d’où émanent la fureur et la joie de vivre, incarnées en des personnages d’une fantaisie absolue.  Initié à la sculpture et à la peinture durant son adolescence, son attachement à ses traditions se manifeste par une créativité novatrice où l’exubérance fait émerger un monde coloré dont la puissance trouve sa profondeur dans la cosmogonie de ses origines et dans le quotidien tanzanien.

Lire la suite

A la découverte de la culture cajun

cajun

Aujourd’hui encore, par les mots, nous allons voyager à travers l’espace et le temps. Nous sommes au milieu du dix-huitième siècle et depuis quelques décennies, notre navire a quitté les côtes du Nord-Ouest du Royaume de France pour accoster en Acadie, colonie française située sur le territoire de l’actuel Canada. Mais en 1713, la France cédera cette colonie à la victorieuse couronne britannique et les lois interdisant aux habitants d’exercer leurs mœurs et leur langue, feront fuir par la force les Acadiens en Louisiane. Cette zone géographique fut fondée par des explorateurs français suite à une requête du souverain visant à trouver des terres davantage fertiles dans le Nouveau Monde. Son nom est d’ailleurs dérivé du prénom du Roi-Soleil. Passant sous la gouvernance des Anglais puis des Espagnols, elle reviendra à la France en 1800 avant d’être vendue en 1803 aux Etats-Unis et deviendra neuf ans plus tard un Etat américain. En 1755, ce « Grand Dérangement » les mènera jusqu’au delta du Mississipi, dans le sud de la Louisiane où la communauté acadienne fut confinée et forcée de s’adapter pendant des siècles aux marécages de cette région, plus connus sous le nom de « bayous ». Lire la suite

Phantom Thread, le film de l’adieu

Phantom Thread

La fameuse tournée de l’adieu, ou encore l’annonce de sa retraite pour susciter l’intérêt du public afin de mieux revenir quelques années plus tard. Une idée très ancienne du show-business. C’est Frank Sinatra qui l’avait inaugurée en 1971: «Je suis fatigué, j’ai envie de me la couler douce et de faire des progrès au golf». Avant de déclarer deux ans plus tard: «Je ne suis pas si doué que ça au golf, en fait. Mon handicap plafonne à 17, c’est intolérable. Autant chanter !» Ce mois-ci, à l’occasion de la sortie en DVD du film Phantom Thread réalisé par l’inclassable Paul-Thomas Anderson, l’occasion vous est donnée de voir la dernière performance de ce qui est peut-être le plus grand acteur de l’histoire du cinéma. Son nom; Daniel Day-Lewis. Ses réalisateurs: Martin Scorsese, Steven Spielberg, Michael Mann. Sa méthode; se dévouer à ses personnages comme peut-être jamais aucun acteur ne l’avait fait avant lui. Sa particularité; avoir tourné seulement sept films en vingt ans. Son record; avoir remporté trois fois l’Oscar du meilleur acteur. S’il n’a pas la notoriété d’un Leonardo Dicaprio ou d’un Brad Pitt, son influence sur ses pairs et sur son métier dépasse ce que vous pouvez imaginer. Alors qui est-il vraiment ? Phantom Thread entrera-t-il dans l’histoire comme son dernier film et surtout est-il vraiment le meilleur de tous ? Décryptages.

Lire la suite

Skansen : Revivre l’Histoire de la Suède

Skansen

Stockholm est l’une des métropoles les plus atypiques qui soient en Europe. En effet, la capitale suédoise ne comporte pas moins de quatorze îles desquelles émane, pour chacune d’entre elles, une atmosphère particulière.

Si l’on prend le ferry de la ville, et que l’on se laisse porter jusqu’à l’île de Djurgården, il est un site qui attire l’attention par l’unicité de son contenu. Ce parc gigantesque, dissimulé des touristes du Vasa Museum et du Gröna Lund par de larges buissons, porte le doux nom de Skansen. Celui-ci est un musée en plein air dont le but ethnologique est de montrer les coutumes venues de toute la Suède.

Lire la suite

Clap de fin pour Robert Redford

Redford

81 ans, 61 de carrière, des dizaines de films, un Oscar et une phrase pour en finir avec une véritable légende du septième art: «Il ne faut jamais dire jamais, mais je suis arrivé à la conclusion que jouer la comédie, c’est fini pour moi.» a dit l’acteur au magazine Entertainement Weekly à l’occasion de la sortie de «The Old man and the Gun» de David Lowery. Il y tiendra le rôle de Forrest Tucker, un braqueur évadé dix-huit fois de prison mais qui à soixante-dix-huit ans peine à renoncer à sa passion. Un personnage au crépuscule de sa carrière, et donc peu éloigné du véritable Robert Redford qui a décidé d’en finir avec ce métier avec lequel il a toujours eu un rapport compliqué. L’occasion pour nous de revenir sur une édifiante carrière, celle du sex-symbol de toute une génération, le grand Redford.

Lire la suite