Tous les articles par dans La Rédaction

Découvrez les visages de notre nouveau gouvernement !

Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a annoncé mercredi 17 mai la composition du gouvernement d’Edouard Philippe. Strictement paritaire, le gouvernement a 54,6 ans de moyenne d’âge. Découvrez les nouveaux visages qui le composent !


Infographies réalisées – avec talent – par Théo Dumonteil.


Accropolis“, chaîne de streaming politique communautaire, a réalisé un document comprenant quelques statistiques et informations sur le gouvernement. Consultez-le pour en savoir plus ! > framapad.org/gouvernement

Présidentielle, es-tu vraiment là ?

Comme de nombreux Français, j’aimerais dédier une tribune à une absente. Nous avions pourtant l’habitude de nous retrouver tous les cinq ans. Elle nous faisait vibrer par la vivacité de ses débats, ces comptes à rebours qui rythmaient nos agendas. Elle nous faisait pleurer par ses résultats inattendus, par ses candidats, que l’on chérissait, battus.
C’est une tribune que j’écris sur ce rendez-vous démocratique manqué, sur ce rendez-vous qui ne semble pas nous avoir été présenté.

La campagne avait pourtant bien débuté. Les primaires de la droite et du centre ouvraient le bal de ce rendez-vous très attendu. Les résultats de ces dernières nous annonçaient une campagne pleine de rebondissements. Les commentateurs donnaient Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy gagnant. Manque de chance, c’est François Fillon qui fut investi candidat d’un parti.
Beaucoup pensaient alors que l’élection était jouée, François Fillon avait tout d’un prochain président de la République. Bien coiffé, allure de premier de la classe, programme bouclé, la route du succès lui était toute tracée.

De l’autre côté de l’échiquier politique, c’est plus compliqué. « La primaire de la gauche » sera en réalité « la primaire de quelques partis de gauche ». Ni Jean-Luc Mélenchon ni Emmanuel Macron ne répondent aux cris du cœur du parti socialiste mendiant « l’union de la gauche ». Difficile de succéder à François Hollande, dont le virage social-libéral post-campagne électorale, fut peu populaire auprès de ses électeurs.
Bis Repetita. Lorsque l’on hésitait sur le vainqueur de la primaire « la belle alliance populaire » entre Manuel Valls ou Vincent Peillon, ce fut un troisième homme qui fut investi. Un homme dont peu de personnes avaient soupçonné la victoire : Benoît Hamon.

La campagne allait de surprises en surprises, d’inédit en inédit. C’est la première fois de l’histoire de la Vème République, qu’un président ne se présentait pas à sa propre succession. Première fois, où les sondages accumulaient autant de désagréments, déjà desservis par une élection américaine, et un BREXIT à l’issue contraire de celle pressentie.

Progressivement, les partis annonçaient l’implosion. Là où les bons perdants étaient mécontents, les menaces de départ n’étaient pas canulars. Des cadres juppéistes annonçaient leur soutien : c’est en courant qu’ils vont vers Emmanuel Macron. Même valse aux côtés du perdant Manuel Valls : on ne semble plus sûr de soutenir le candidat investi par son propre parti. De la valse à la marche, il n’y a qu’un pas.

Quelle image renvoient-ils aux Français ? Celle de responsables politiques malhonnêtes incapables de dépasser leurs désaccords pour faire barrage à l’extrême droite ? Comment pourraient-ils prétendre à l’union de la nation, s’ils en sont en réalité incapables dans leurs propres formations ?

La campagne fut par ailleurs polluée par les problèmes judiciaires des candidats, ce qui a vraisemblablement immobilisé cette dernière pendant plusieurs semaines.

François Fillon est mis en examen, pour détournement de fonds publics. Il avait pourtant fondé sa campagne sur son irréprochabilité. Fillon n’avait, de surcroît, pas hésité à admonester son ex-adversaire Nicolas Sarkozy en énonçant « Qui imaginerait le Général de Gaulle mis en examen ? » en référence aux multiples affaires où l’ex-président de la République était embourbé. C’est le jeu de l’arroseur arrosé.
Quant à Marine Le Pen, le parlement européen lui reproche d’avoir pioché dans les caisses européennes, pour payer des activités destinées à son parti. Comble du mépris, elle refuse de se rendre aux convocations des juges afin d’être entendue pour cette affaire. L’antisystème utilise les outils du système pour sauver sa peau.

Les Français les plus modestes assistent à ce tragique spectacle mêlant costumes hors de prix et responsables politiques qui nient.

Il y a comme un air de frustration. Celle de l’incompétence générale des candidats.

Emmanuel Macron fait campagne lors de longs mois sans programme, cela ne semble pas gêner. François Fillon adopte la stratégie du complot, arguant qu’un cabinet noir essaie de l’assassiner, cela ne semble pas gêner. Du côté de Marine Le Pen, on annonce de grandes politiques de relance à coup d’investissement public massif. Dans le même temps, on annonce des économies accompagnées de baisses massives d’impôts, et cela ne semble pas gêner. Benoît Hamon évoque un revenu universel d’existence qui n’a d’universel que le nom, ce qui ne semble pas gêner. Certains annoncent un engagement sur un plateau de télévision un soir, pour le contredire quelques jours plus tard. Cela ne semble toujours pas gêner.

Que dire sur ces médias qui traitent de la campagne présidentielle ? C’est la course à l’audace, le fond n’y a plus sa place.

On chante, que dis-je, rappe les questions aux candidats. Les humoristes clôturent les émissions politiques. Les chaînes de télévision décident elles-mêmes quels candidats sont, ou, ne sont pas dignes d’être écoutés par les Français. On s’extasie devant l’hologramme de Jean-Luc Mélenchon. On rit. Bref, c’est l’ère du divertissement roi, de l’audimat qui fait loi.

Sur Internet, c’est le marathon à la concision ; au fast-food du clash, du buzz, et du wizz.
Exit Pujadas et Chazal, place à Hugo Travers et Cyrus North à la cible plus jeune.
À trop vouloir intéresser cette cible, ne sommes-nous pas devenus artisans du contenant au détriment du contenu ?

Comment parler guerre, chômage et insécurité lors d’un “Gaming présidentiel » d’Hugo Travers ? Comment y évoquer la Syrie, Trump et le populisme rampant ?

En définitive, les médias ne sont que le reflet de cette campagne ratée. Une campagne bancale, mal préparée. Une campagne basse, qui n’est pas à la hauteur des attentes des Français, qui n’est que bal des imparfaits.

Le fact-checking du Grand Débat : 18 déclarations décryptées

Eliot Blondet pour l'AFP

Source photo : AFP / Eliot Blondet

Lundi soir, les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle se sont rencontrés sur le plateau de TF1 pour s’affronter sur de nombreuses thématiques: immigration, fiscalité, chômage, énergie…
Décryptage de 18 déclarations des candidats.

Avertissement : de nombreux facts-checking ayant déjà été faits, nous ne traitons pas l’ensemble des intoxs.
Nous vous invitons à consulter cet article des Décodeurs du Monde pour compléter notre travail : https://goo.gl/HcfPXS

Certains candidats étant particulièrement attentifs aux chiffres qu’ils donnent, nous n’avons parfois relevé que très peu d’erreurs.



Benoît Hamon :

« La réalité c’est quoi ? S’il y a 200 000 entrées légales d’immigrés en France par an, il y en a plus de 150 000 qui repartent. Nous avons aujourd’hui un solde migratoire qui doit être entre 50 000 et 70 000 personnes »

VRAI

Mais ceux qui partent ne sont pas tous des étrangers: d’après l’Obs, 60 000 à 80 000 Français quittent le territoire chaque année.
Il faut aussi compter les étudiants
Erasmus qui, à la fin de leur séjour, retournent dans leurs pays d’origine.
Si l’on ne se concentre qu’uniquement sur les immigrés -comme le sous-entend Benoît Hamon-, le nombre d’arrivées dépasse de 140 000 celui des départs, et non pas « entre 50 000 et 70 000 ».

En savoir plus : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150414.OBS7159/expatries-qu-est-ce-qui-les-pousse-a-partir.html
http://www.touteleurope.eu/actualite/ou-vont-les-etudiants-erasmus-en-europe.html


« La France était le pays en Europe avec les journées d’école les plus chargées, avant la réforme scolaire »

PLUTÔT VRAI

D’après les chiffres de l’éducation nationale, en 2012 -soit 2 années après la réforme scolaire-, la France se distinguait effectivement par des journées d’écoles chargées; avec une moyenne nationale de plus de 7 432 heures de cours par année. Loin devant la Grèce qui, par exemple, ne comptabilisait qu’en moyenne 6362 heures.
Néanmoins, Benoît Hamon gonfle l’idée : la France n’occupait que la 7ème place du classement.

En savoir plus : http://www.linternaute.com/actualite/monde/les-pays-champions-de-l-education/volumes-horaires.shtml
http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/09/consulter_la_comparaison_internationale_sur_les_rythmes_scolaires1.pdf



 Emmanuel Macron :

« En CM2, 20% des élève ne savent pas proprement lire, écrire ou compter. Cette proportion peut atteindre les 50 voire 60% dans les ZEP »

UNE PARTIE VRAIE …

La moyenne nationale d’élèves illettrés à la fin du CM2 est bien de 20%.

… UNE PARTIE FAUSSE

La proportion d’élèves illettrés dans les ZEP est d’environ 30%, soit deux fois moins importante que la proportion donnée par le candidat.

En savoir plus : http://circvaldereuil.spip.acrouen.fr/IMG/pdf/FPORSOC11l_D1_Eleves.pdf


« L’administration française accorde 200 000 titres de séjours chaque année »

VRAI

Les données du ministère de l’intérieur  permettent effectivement de confirmer ce chiffre :

En savoir plus : http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Donnees-statistiques/Donnees-de-l-immigration-de-l-asile-et-de-l-acces-a-la-nationalite-francaise/Archives/Statistiques-publiees-en-juillet-2016/L-admission-au-sejour-Les-titres-de-sejour-statistiques


“La France n’accueille pas assez de demandeurs d’asiles, seulement quelques milliers”

VRAI ET FAUX

La France a accueilli légèrement plus de 26 000 réfugiés en 2016. Cela semble relativement peu, mais il est important de ne pas oublier que la France est le 4ème pays d’Europe à accueillir le plus de migrants. Seulement, ce score est loin d’être brillant comparé à l’Allemagne, où ce ne sont pas moins de 140 000 demandes d’asiles qui ont étés acceptées en 2015.

En savoir plus : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/21/asile-plus-360-000-refugies-accueillis-en-2015-en-europe_4906413_4355770.html


En Marche! est financé par 32 000 personnes donatrices, avec un don moyen de 50 euros environ”:

VRAI OU FAUX : CELA DÉPEND EN PARTIE DE SON HONNÊTETÉ

En décembre 2016, ce chiffre était d’environ 11 000 donateurs, pour une moyenne de 300 euros par don.
S’il est tout à fait possible que le mouvement ait enregistré quelques 20 000 dons supplémentaires entre décembre 2016 et mars 2017, il est cependant étonnant que la valeur moyenne des dons puisse chuter de de 300€ à 50€…

En savoir plus: http://www.20minutes.fr/politique/1979263-20161213-presidentielle-dons-emprunts-comment-emmanuel-macron-finance-ambitieuse-campagne



Jean-Luc Mélenchon :

« La France se fait voler 85 milliards par les tricheurs du Fisc »

VRAI ET FAUX

Malgré une réelle difficulté à estimer la fraude fiscale, il est certain qu’aucune étude sérieuse n’ait mentionnée pareille somme.
La commission d’enquête sénatoriale sur l’évasion des capitaux la fraude fiscale estime un maximum de 60 milliards d’euros.
Le syndicat national Solidaires-Finances publiques évoque, quant à lui, un montant d’environ 60 milliards d’euros.

En savoir plus: https://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-673-1-notice.html et http://archives.solidairesfinancespubliques.fr/gen/cp/dp/dp2013/120122_Rapport_fraude_evasionfiscale.pdf


« Dans le prochain mandat, 18 réacteurs nucléaires fêteront leurs 40 ans, il faut 100 milliards pour les caréner »
(point culture : http://www.cnrtl.fr/definition/car%C3%A9ner – définition de “Caréner”)

FAUX

18 réacteurs nucléaires sur les 59 que compte la France arriveront effectivement à la date fatidique des 40 ans d’existence lors du prochain quinquennat. Ils nécessiterons donc un carénage.
Néanmoins, les 100 milliards évoqués correspondent en réalité au coût d’un plan sur 40 ans surnommé « le grand carénage » visant à rénover l’ensemble des réacteurs nucléaires français, et non pas 18 d’entre-eux.

En savoir plus : http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/nucleaire-qu-est-ce-que-le-grand-carenage-_a-32-8015.html


« La France est l’un des pays qui produit le plus d’ingénieurs pour 100 000 habitants »

VRAI… IL Y A PLUS DE 15 ANS

Selon Eurostat, en 2001, la France se classait parmi les premiers producteurs d’ingénieurs de l’Union Européenne.

FAUX AUJOURD’HUI

Toujours selon Eurostat, en 2014, l’hexagone comptait seulement 1 ingénieur pour 1000 habitants.Un taux relativement faible.
Il n’existe cependant aucune base de donnée à l’échelle mondiale, Eurostat ne concentrant ses études qu’uniquement sur les pays européens.

En savoir plus : http://ec.europa.eu/eurostat/web/products-datasets/-/educ_uoe_grad07 et https://goo.gl/eFtHMh


« Le temps de travail, depuis le début du XXème siècle, a diminué de moitié. Mais on produit 30% de plus de richesse” – JL. Mélenchon

VRAI POUR LE TEMPS DE TRAVAIL

Une étude l’INSEE rend compte de cette dynamique : le temps de travail annuel a globalement baissé dans les pays développés, passant d’environ 2200 heures / années en 1950 à environ 1600 heures / années en 2008.

FAUX POUR LA HAUSSE DE LA PRODUCTION DE RICHESSES

Dans son livre « Le Capital au XXIème siècle », l’économiste Thomas Piketty constate une croissance du PIB mondial d’en moyenne 3%/an entre 1913 et 2012.

En savoir plus : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281175



François Fillon :

« Ça n’a jamais créé de l’emploi de réduire le temps de travail » – F. Fillon

FAUX

Un rapport, non-publié, de la très sérieuse Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) concluait l’an dernier que la réduction du temps de travail peut contribuer au recul du chômage.
Un rapport du Sénat sur les 35h, publié cette fois-ci, va dans la même direction : les 35 heures ont été responsables de 30% des créations d’emplois en 2000.

En savoir plus : http://www.liberation.fr/france/2016/07/18/selon-un-rapport-censure-de-l-igas-les-35-heures-ont-bien-cree-350-000-emplois_1466926 et https://www.senat.fr/rap/r00-414/r00-4146.html


« La France est aujourd’hui le pays où le volume d’heures travaillées est le plus bas » – F. Fillon

VRAI

Selon l’OCDE, en 2015 les Français travaillaient en moyenne 36 heures par semaine.
C’est par exemple moins qu’aux Etats-Unis avec 38,6 heures.


« Chaque année, 150 000 élèves sortent du système scolaire sans diplôme » – F. Fillon

C’ÉTAIT PRESQUE VRAI…Il y a 5 ans.

Selon les données du ministère de l’Éducation, le chiffre était de 122 000 élèves en 2010 et est descendu à 98 000 en 2016 chez les 18-24 ans.

En savoir plus : Enquête Deep + Chiffres Ministère de l’éducation



Marine Le Pen :

« Les résultats de la Grande Bretagne sont formidables. »

ON EN SAIT RIEN

Le processus conduisant au Brexit sera seulement entamé le 29 mars. Il n’y a donc aucun résultat, pour le moment, sur la situation du pays.


« En réalité, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, il y a eu 12 500 policiers et gendarmes qui ont été supprimés. »

VRAI MAIS EXAGÉRÉ

Pour Marine Le Pen, il n’y a pas suffisamment de gendarmes et de policiers. Dailleurs, lorsque les notions de sécurité et de justice sont abordées, elle n’hésite pas à faire allusion à Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier a supprimé “12 500 policiers” lors de son mandat selon la candidate. Pourtant, ces chiffres sont exagérés. En effet, en octobre 2016, l’ancien Président de la République a affirmé à Jean-Jacques Bourdin qu’il ne regrettait pas d’avoir supprimé les 12 469 postes de gendarmes et de policiers.


« Explosion de l’insécurité, de la violence, des cambriolages dans l’intégralité du territoire. »

VRAI ET FAUX

Alors que Gilles Bouleau demande à Marine Le Pen si “abaisser la majorité pénale de 18 à 16 ans” est une bonne ou mauvaise réforme, la candidate affirme toute de suite qu’il existe une “explosion de l’insécurité” ce qui est vrai. Selon le premier bilan statistique de l’insécurité et délinquance en 2016, les auteurs des vols sans violences “sont jeunes et quasi-exclusivement (93 %) de nationalité française” et le bilan montre que les vols avec violences sont en baisse. Cependant, les auteurs de ces vols sont majoritairement des jeunes “âgées de 15 à 25 ans”. Il n’y a donc pas d’”explosion de l’insécurité” ou “de la violence” comme l’a pu affirmer la candidate.

En savoir plus : http://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Actualites/Insecurite-et-delinquance-en-2016-premier-bilan-statistique


« 200 000 étrangers légaux entrent en France chaque année. »

VRAI

Quant à l’immigration, elle souhaite supprimer le droit du sol et stopper l’immigration légale mais aussi illégale et selon elle “c’est clair” . La candidate n’hésite pas à comparer la situation en Italie et en Grèce car selon elle il y a une non-maîtrise du flux migratoire. Elle ajoute également un chiffre dans son argument : 200 000. Ce chiffre correspond aux étrangers venus s’installer en France en 2016 –  plus précisément, il y avait “227 550 titres de séjour” qui ont été délivrés selon Bernard Cazeneuve – mais aussi chaque année selon l’INSEE.

En savoir plus : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281393


« On importe des produits en France sans respecter aucune norme, sans aucun contrôle. »

FAUX

Toutes importations de produits alimentaires passe par l’obligation de l’importateur à remplir un « Document Commun d’Entrée » (DCE) qui renseigne précisément sur l’origine et l’identité du produit. Si l’importateur ne remplit pas le DCE et/ou si les analyses en laboratoire montrent la non-conformité du produit, celui-ci devra être sorti du territoire français.

En savoir plus : DCE



Article co-écrit par Antoine Glaud, Arthur Roudaut, Léo Sylvan, Nora Hmi, Rosalie Buu et Pierre-Baptiste Borges.