International

Le XIXème congrès national du Parti Communiste Chinois ou l’avènement de Xi Jinping

XIXème congrès national
Temps de lecture estimé : 7 min

Le XIXème congrès national du Parti communiste chinois s’est ouvert mercredi 18 octobre 2017 au Palais du peuple (place Tiananmen) à Pékin pour une semaine. Ce grand rendez-vous politique, organisé tous les cinq ans, a pour principal objectif de renouveler les instances dirigeantes de l’état-parti. Cette année, le congrès a permis au Président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, de renforcer sa suprématie en lui octroyant un deuxième mandat. Focus sur cet événement d’importance mondiale.


Les enjeux du congrès et la mise en scène de Xi Jinping

Le 19ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) est chargé de renouveler les instances dirigeantes du parti unique chinois : le comité central du parti (205 membres), le bureau politique (25 membres) et son comité permanent (7 membres). Si le comité permanent est de nouveau composé de politiciens de la « 5ème génération » (celle de Xi Jinping), le comité central du parti, organe fait de coalitions du parti dont beaucoup de postes étaient à pourvoir en raison de départs à la retraite ou purges, devrait connaitre une majorité de membres de la « 6ème génération » selon le politologue sino-américain Cheng Li, contre seulement 18% pour le comité sortant. Ainsi, Xi Jinping s’assure de ne pas avoir de successeur quadragénaire potentiel. En effet, il a créé la surprise en ne désignant pas de successeur à la tête du parti. Cet acte a été perçu comme une volonté de s’installer durablement au pouvoir alors même que la Constitution chinoise interdit au Président de briguer plus de deux mandats.
L’enjeu de l’octroi d’un deuxième mandat pour l’hyper-président chinois n’apportait pas beaucoup de doutes. Après son élection par le comité permanent, il a ainsi déclaré :

” Je prends (ma réélection) non seulement comme une approbation envers mon travail, mais aussi comme un encouragement qui me poussera à aller de l’avant.”

En lui accordant 5 ans de plus, le PCC lui laisse les mains libres pour mener sa politique, aux côtés de Li Keqiang – son premier ministre – lui aussi reconduit.

“Tout doit être placé sous la direction du PCC: les organisations du PCC, le gouvernement, l’armée, la société civile et quel que soit l’endroit où l’on se trouve” martèle cependant Xi, dans un effort de replacer le Parti au centre de la politique chinoise.

On peut affirmer que la stabilité de la transition politique a été respectée, au profit évident de Xi Jinping qui cumule les titres de chef du parti, chef de l’État, commandant en chef des armées et bénéficie de surcroît d’un culte de la personnalité et d’une ubiquité médiatique.
Pour le secrétaire général du parti, ce congrès était aussi l’occasion d’inscrire sa pensée dans les statuts du PCC : « la pensée de Xi Jinping, du socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère » a été finalement inscrite dans la charte du Parti ce mardi 24 octobre. Le leader chinois rejoint ainsi le « club » très restreint de dirigeants communistes portés au rang de figures génératrices de principes idéologiques fondamentaux ; Mao Zedong et Deng Xiaoping dans l’ordre d’importance. En légitimant encore sa politique, il acquiert par ailleurs un pouvoir moral et politique prédominant.

En Chine, la propagande pro-Xi s’est renforcée dans les semaines précédant le congrès. Une exposition rend d’ailleurs hommage à son premier mandat. Les affiches, les drapeaux rouges, les slogans patriotiques sont omniprésents dans les rues de Pékin… Une application mettant à l’honneur le discours d’ouverture du congrès a même été lancée. Le jeu baptisé « Applaudis Xi Jinping: un grand discours » consiste à applaudir le plus de fois possible le Président pour gagner… Plus qu’un mot, l’hyper-présidence est désormais un visage : celui de Xi Jinping.

Des perspectives pour la puissance chinoise

Le congrès national du PCC a aussi été l’occasion pour les dirigeants chinois de brosser le portrait de la Chine dans les années à venir. C’est une Chine toujours plus ouverte sur le monde qu’il nous ait donné de voir, en opposition avec les tendances isolationnistes des Etats-Unis. Ainsi, Xi Jinping a affirmé dans son discours d’ouverture du congrès que l’économie chinoise « ne va pas fermer ses portes au monde », mais au contraire « s’ouvrir encore davantage ». La Chine, deuxième puissance économique mondiale derrière les Etats-Unis, s’érige donc en défenseur du modèle libérale et mondialiste que les réformes de Deng Xiaoping (les quatre modernisations) ont promu dans le pays dans les années 1980. Le Président a affirmé que le régime « protégera les droits et les intérêts légitimes des investisseurs étrangers, et toutes les entreprises enregistrées en Chine seront traitées sur un pied d’égalité et équitablement ». Cette déclaration fait suite aux accusations des partenaires économiques de la Chine (Etats-Unis, Union Européenne) qui dénoncent un protectionnisme, voire même un certain favoritisme des entreprises locales. Bruxelles se disait lassée par les vaines promesses de Pékin, l’encourageant à « supplanter les mots par des actes concrets ». Il est vrai que les entreprises étrangères ne réussissent pas souvent à s’adapter au marché chinois, notamment à cause de la féroce concurrence des entreprises locales mais aussi à cause de l’interdiction d’accès à plusieurs secteurs ou l’obligation de s’associer en coentreprise avec un partenaire local. On voit bien le paradoxe entre le discours du premier ministre chinois, Li Keqiang, qui promettait fin 2013 « un environnement où tous les acteurs aur[aie]nt un accès égal à la production, au marché et aux protections légales » et la décision du régime de renforcer ses groupes étatiques pour écraser la concurrence ou de soutenir financièrement les entreprises locales en difficulté.

De plus, le Président a dressé un tableau de route pour la Chine jusqu’en 2050, date symbolique puisque le centenaire de la proclamation de la République Populaire de Chine aura lieu en 2049. Il entend placer la Chine en tant que première puissance mondiale. Pour cela, il faut relancer l’économie chinoise qui a ralenti depuis 2010 (6,7% de croissance en 2016 contre 10,6% en 2010 selon la Banque Mondiale) en produisant des produits à plus haute valeur ajoutée, abandonnant d’une certaine manière le programme « Made in China ». La Chine veut aussi renforcer sa présence sur la scène internationale sur le plan militaire et diplomatique en pérennisant la diplomatie offensive qu’elle exerce déjà pour étendre son influence sur l’Asie. Xi Jinping ne néglige pas non plus le « soft power » chinois, faible, et veut le rendre dynamique. Après les Jeux Olympiques de 2008, Pékin accueillera aussi les Jeux Olympiques d’hiver de 2022 et l’organisation de la coupe du monde de football semble également être un point de mire.
Enfin, le programme social et environnemental est ambitieux : répartir équitablement les richesses dans un pays classé 81ème pour le PIB/habitant, favoriser les énergies renouvelables, les voitures électriques… Seulement, ces réformes risquent d’être difficiles à mettre en place notamment à cause de la lourdeur de la bureaucratie qui pèse sur la politique chinoise. Et si le programme de lutte anti-corruption du Président Xi Jinping a porté ses fruits, le pays bafoue encore les droits de l’homme, la liberté de la presse n’existe presque pas (situation très grave selon l’ONG Reporters sans frontières) et le leader chinois ne laisse aucun espoir de libéralisation politique.

Xi Jinping, lors de ce congrès a donc tracé la feuille de route de la Chine pour une « nouvelle ère ». S’il ne fait aucun doute que le géant asiatique parviendra à se hisser à la tête des grandes puissances mondiales et dépasser les Etats-Unis, l’avenir politique de son leader n’est pas aussi sûr. En 2022, le deuxième mandat de Xi Jinping touchera à sa fin et ne pourra être renouvelé une troisième fois. Alors, que va faire le Président ? Parviendra-t-il à changer les règles pour prolonger son action à la tête du parti ou se retirera-t-il dans l’ombre, comme l’a fait avant lui Deng Xiaoping, pour tirer les ficelles derrière le rideau ?