International Zoom!

L’armée du futur : entre réitération du présent et cristallisation d’un idéal

armée
Temps de lecture estimé : 6 min

Harper, lieutenant des Navy Seals, contourne le bâtiment en se faufilant parmi les ombres. Une pression sur l’écran tactile accroché à son poignet déclenche une bombe électromagnétique qui désactive tous les systèmes de camouflages de l’ennemi. Les soldats commencent à apparaître les uns après les autres. En appuyant sur un autre bouton, Harper appelle une myriade de drones téléguidés qui neutralisent toutes les forces ennemies. Grâce au GPS qui affiche son chemin sur l’écran de son casque, il se dirige sans problème dans la maison et, après avoir détruit une porte blindée grâce à son exosquelette, il retrouve enfin l’otage qui était enfermé là depuis 3 jours déjà. Seul, il a réussi ce que 25 hommes n’auraient pas pu faire encore aujourd’hui. Cette séquence pourrait être tirée d’un film d’action futuriste ou encore de jeux vidéo tels que Call of Duty. Pourtant, d’ici quelques années, elles seront monnaies courante. En effet, les avancées technologiques des quelques années vont bientôt révolutionner l’armée telle qu’on la connaît aujourd’hui. Les Décryptages tente aujourd’hui de vous montrer à quoi ressembleront les soldats et les armées du futur.


Le soldat du futur

Le soldat du futur pourrait très bien arriver dès la fin de l’année ! En effet, l’armée américaine est en train de finaliser son projet TALOS (Tactical Assault Light Operator Suit), mené depuis 2013 par le Département de recherche de l’armée américaine, la DARPA. Une fois en place, cette combinaison d’assaut va révolutionner le monde militaire puisqu’elle va permettre de protéger intégralement le soldat et donc de diminuer drastiquement les pertes. Dans un premier temps, cet équipement dernier cri sera utilisé par les Navy Seals, forces spéciales américaines. Quels sont les avantages du TALOS ?

D’abord, elle sera la toute première armure qui alliera mobilité et protection. En effet, elle sera composée de plaques remplies d’un liquide qui durcit lors de l’impact de balles. Cela veut dire que les mouvements du soldat ne seront pas gênés par d’encombrantes protections, sans toutefois sacrifier la qualité de l’armure. De plus, TALOS inclura un exosquelette qui permettra aux soldats de courir plus vite, plus longtemps et de porter de l’équipement plus lourd. Comme l’a dit Barack Obama « nous construisons Iron Man ». Mais ce n’est pas tout, le casque affichera en temps réel des informations sur l’environnement, la localisation des ennemis et la topographie des lieux. Il sera également connecté à des drones ce qui permettra aux soldats d’en piloter à distance pour ne pas risquer leurs vies. TALOS est donc perçu comme la solution aux exigences des missions confiées aux forces spéciales et permettra peut-être de « ramener tous nos opérateurs en vie » comme l’annonce fièrement son créateur. A noter que la Russie planche également sur un projet d’exosquelette ultra-connecté pour équiper ses soldats d’élite. Quant à la France, elle est également en train de développer une armure similaire et ce depuis 2010.

De nouvelles armes

D’ici les prochaines années, de nouvelles armes dévastatrices verront le jour et seront peut-être utilisées par les grandes puissances militaires mondiales.

Une de ces armes est le Railgun, un canon électrique en cours de développement par l’armée américaine (récemment, les Chinois ont été accusés de se pencher également sur le projet). Le Railgun est un canon surpuissant qui possède deux avantages majeurs : d’abord, il ne tire pas d’explosifs, donc il limite les risques liés au transport de munitions ; ensuite, il tire des projectiles ultra-rapides, 3500 m/s à la sortie du canon, soit 10 fois la vitesse du son. De plus, sa portée pourrait concurrencer sans problème n’importe quel autre canon puisque les Américains annoncent penser pouvoir tirer jusqu’à 185 km , soit la distance Paris-Le Mans. Le Railgun fait déjà partie de la culture populaire puisqu’il apparaît dans de nombreux jeux vidéo ainsi que dans des films tels que Transformers 2 (2009).

La seconde, plus puissante des prochaines armes à voir le jour est sans doute le missile Satan-2 russe. De son nom officiel RS-28, il est en cours de création dans le but de remplacer les missiles R-36M, appelés Satan par les experts de l’OTAN, devenus obsolètes. Ce missile composé de 12 têtes nucléaires pourrait équiper les forces russes au plus tôt d’ici 2020. Selon les Russes, ce missile pourrait détruire un territoire de la taille de la France ou du Texas en quelques secondes. De plus, il aurait une portée de 10 000 kilomètres, ce qui signifie que des villes comme Paris, Londres ou la côte ouest des Etats-Unis seraient à portée de tir. Ce missile de 100 tonnes et de 30 mètres de long témoigne donc d’une volonté forte de la Russie de faire à nouveau jeu égal avec les Etats-Unis en termes de puissance nucléaire.

Les drones et autres systèmes automatisés

Enfin, une autre caractéristique de la guerre du futur sera sans aucun doute la présence de dizaines voire de milliers de drones et autres robots pour assister les soldats dans les combats. Si vous avez regardé Black Mirror, vous vous rappellerez de l’épisode où des drones abeilles sont utilisées comme armes. Cet épisode semble aujourd’hui s’éloigner de plus en plus de la science-fiction pour se rapprocher du réel. En effet, l’armée américaine teste déjà le largage d’essaims de drones depuis des chasseurs. Le 9 janvier 2017, 103 mini-drones ont été déployés avec succès, ce qui laisse penser que dans un futur proche, les drones pourront être utilisés pour remplir des missions au même titre que des soldats, ce qui limitera grandement les pertes humaines. D’autres robots à vocation purement logistique sont également testés, comme le « Big Dog » américain, un robot quadrupède capable de porter jusqu’à 180 kg d’équipement sur 32 kilomètres. Cependant, le robot le plus incroyable reste « Atlas », robot humanoïde développé par Boston Dynamics, qui peut marcher et suivre un leader, porter et ranger des charges et encore garder l’équilibre ou même se relever lorsqu’on le pousse. Les robots seront donc demain une partie intégrante des forces armées, mais jusqu’à quel point ? En effet, si nos armées sont entièrement composées de robots et que le système qui les contrôle est hacké, alors plus personne ne pourra nous protéger… C’est l’enjeu de la campagne de Call of Duty : Black Ops 3 (2015) qui pose le problème de savoir à quel point peut-on automatiser nos armées sans en subir le revers de la médaille.

Nous avons donc vu tout au long de cet article que le conflit armé est dans une période charnière et qu’il est sur le point d’évoluer dans son fonctionnement. Cependant, vous aurez sûrement remarqué de nombreuses références à des films ou jeux vidéos disséminées dans ces quelques lignes. Autre point important, à chaque fois que nous évoquons quelque chose dit « du futur », on remarque que des tests sont déjà mis en place, et que la plupart des inventions citées seront bientôt disponibles. Il semblerait donc que la plupart des inventions qui vont révolutionner la guerre ne soient plus si loin, et qu’elles aient déjà pris place dans la culture populaire. Ce qui nous laisse donc avec la question suivante : et si le futur n’était pas si loin ? Et si le futur était en fait le présent ?