Culture Dans l'actu !

Vienna 1900, une splendide mise en lumière sur la Sécession Viennoise

Sécession Viennoise
Temps de lecture estimé : 3 min

Cette année, l’Autriche célèbre le centenaire de la mort d’un artiste qui a marqué son histoire par la controverse que portaient ses œuvres au regard de la société dans laquelle il évoluait. Ainsi, le nom de Gustav Klimt reste gravé dans la société autrichienne et cela aussi bien dans le cœur de ses habitants que sur les produits de consommation fréquemment exposés dans un pays qui rend hommage à son histoire par tous les moyens possibles. Klimt, peintre symboliste dont la créativité égalait la diversité de supports de ses œuvres, demeure dans les esprits de tous les amateurs d’art comme le fondateur d’un des plus beaux mouvements artistiques européens, celui de la Sécession Viennoise.


La Sécession Viennoise, une nouvelle ère culturelle s’ouvre à l’Europe

Créée à la fin du dix-neuvième siècle par un groupe d’artistes contestataires, sujets de l’Empire austro-hongrois, la Sécession Viennoise s’inscrit dans le cycle de l’Art Nouveau. A travers ses œuvres, sa vocation est de lutter contre la montée des nationalismes et de rassembler par l’art des artistes venus de toute l’Europe. L’idée était tout à fait judicieuse car l’art, en tant que moyen de représentation du monde, permet de rassembler les individus et d’élever ensemble leurs esprits tout en soulignant les points communs qui les unissent plutôt que de les diviser, au nom d’une simple frontière. Le mot  « mouvement », par le bouleversement culturel qu’il a provoqué autant que par l’analogie à la fameuse valse viennoise, correspond parfaitement à cette fantastique période artistique.

Les projets qui voient le jour font écho au contexte de constante recherche d’élévation de l’esprit qui a développé la société autrichienne, notamment par la présence d’une brillante vie intellectuelle et artistique au sein de la communauté bourgeoise juive de la capitale dont l’éclat est mis en lumière par la théorisation de la psychanalyse de Freud et par l’ouvrage Le Monde d’Hier de Stefan Zweig.

Le Voyage dans le Passé de Zweig quitte la plume pour le pinceau

Au sein de cette exposition qui défie le temps, l’espace et l’art, nous retrouverons sous ses différentes formes la mélancolie qui émane des membres de ce corps magnifique par l’exposition poétique de ses souffrances les plus dures et de ses rêves les plus doux à travers les travaux des artistes marquants de ce début de siècle.

Par le biais des traits de ces derniers, on pourra retrouver la tourmente abstraite de Gerstl, l’extase passionnée et charnelle de Klimt, la rêverie infiniment douce et créative de Moser ainsi que l’ouragan intérieur multicolore de Kokoschka.

Cette fabuleuse exposition met en lumière la transcendance temporelle des émotions dont l’extériorisation diffère mais qui nous lient toutes, comme par magie, à ces artistes si pertinents dans cette impertinence aux lois thématique et esthétique qui caractérisent tant le mouvement artistique de la Sécession Viennoise.

 

Sécession Viennoise
Oskar Kokoschka- Das Wiener Staatsoper

 

Sécession Viennoise
Klimt- Tot und Leben

 

Koloman Moser- Meerjungfrau